Les danses traditionnelles thaïlandaises

danse thailandaise

Les danses traditionnelles thaïlandaises se pratiquent en totale harmonie avec le corps. Chaque mouvement transmet un message significatif aux spectateurs. Ce message peut déterminer l’amour, le bonheur ou encore le chagrin. Selon la culture thaïe, la danse traditionnelle se classe en deux catégories distinctes, le classique et le folklorique. La danse classique était principalement réservée à la cour royale. Et la folklorique raconte les quotidiens des paysans dans les plantations et les immenses champs de rizières.

L’histoire des danses traditionnelles thaïlandaises

La danse traditionnelle thaïlandaise remonte à plus de 500 ans lorsque la Thaïlande, le Cambodge et le Laos actuels étaient sous encore sous l’égide de divers royaumes. Le Siam représente le royaume le plus puissant de toutes les régions. Durant cette époque, la danse était la principale forme d’art dramatique dans toute la région. Les danseurs constituent des membres convoités de la cour royale. Les rois privilégiaient ses personnes grâce à leurs dons artistiques. Les bases des danses représentaient les histoires folkloriques du pays ainsi que les épopées religieuses de l’époque. Ce style de danse se nomme « Kohn ». Les danses se déroulent sur plusieurs scènes, comme celle d’une véritable comédie musicale. On y trouve de nombreux artistes thaïlandais, notamment des narrateurs, des interprètes, des danseurs, des musiciens, des fabricants de masques, des brodeuses et des maquilleurs. Autorités, organisateurs et chefs d’orchestre déploient d’énormes efforts pour valoriser la danse thaïlandaise. Les personnages de la danse « Khon » incluent des démons, des singes, des humains, des nymphes et des dieux. Le malicieux Hanuman joue le rôle principale de la scène. Pour chaque danse, il représente le chef suprême des singes qui combattent contre les démons et vient au secours des humains.

La danse « Lakhon » par contre est moins formelle que la « Khon ». Les danseurs ne portent pas de masques. Des femmes représentent généralement la scène. Les personnages jouent plutôt en groupe et le scénario ressemble à celle d’une pièce théâtrale. En effet, cette catégorie de danse traditionnelle est tirée de l’époque Ramakien (le Ramayana thaïlandais), à laquelle les participants effectuent une série de mouvements de mains. Chaque mouvement a sa propre signification. Mais dans l’ensemble, la danse Lakhon relie à la fois les styles classique et folklorique que l’on appelle actuellement la « Fawn Thai ».

Une danse traditionnelle typique pour chaque région

Les Thaïlandais des plaines centrales sont principalement des riziculteurs. Ils mènent une vie de campagnard et passent la majorité de leurs temps dans la boue et dans les champs de cultures. Leurs divertissements se tournent autour des activités agricoles. Durant les périodes de récolte par exemple, la période est très festive. La danse est généralement accompagnée de divers outils de travail comme la faucille ou la fourche. Les chanteurs récitent des paroles ou dialogues humoristiques avec des instruments folkloriques comme le tambour, la cymbale et la baguette.

Les danses de la région nord de la Thaïlande sont par contre inspirées du style « fon » du royaume « Lan Na ». Cette catégorie de danse traditionnelle attire sa spécificité sur les mouvements des participants. Plusieurs groupes de danseurs se lancent dans des mouvements artistiques bien orchestrés. Les épaules, les coudes, les mains et les tètes suivent harmonieusement le rythme des grands tambours. Pour symboliser la fierté du royaume thaï, les danseurs enfilent de beaux vêtements locaux aux couleurs rouges vives.

Laisser un commentaire